recommande la liste de discussion des professeurs de collège, profs-fr et le site associé à la liste : dictame.net

Les figures de style

Deux sources principales :
Les méthodiques, le commentaire composé, 1993, Hatier. ISBN 2-218-5470-1
Méthodes et techniques, Classes des lycées, 1996, Nathan. ISBN 2-09-177170-8

Le fichier peut être téléchargé au format Word : Les figures de style

Accumulation Antiphrase Euphémisme Métonymie
Allégorie Antithèse Gradation Oxymore
Alliance de mots Chiasme Hyperbole Parallélisme
Anacoluthe Comparaison Hypallage Périphrase
Anaphore Ellipse Litote Synecdoque
    Métaphore  

Le détour : les figures d’analogie et de substitution
 

Définitions

Effets et exemples

comparaison Elle rapproche deux termes en explicitant leur élément commun. Elle utilise un mot de comparaison.

Mise en relief d’analogies, de ressemblances, de rapports de supériorité, d’infériorité ou d’équivalence.

Au milieu de ce fracas, rien n’était aussi alarmant qu’un certain murmure sourd, pareil à celui d’un vase qui se remplit.

Chateaubriand

métaphore Comme la comparaison, elle rapproche deux termes, mais sans expliciter le lien de ressemblance ou d’analogie

Mise en relief de relations analogiques.

Le vaste bateau glissait, jetant sur le ciel, qui semblait ensemencé d’étoiles, un gros serpent de fumée noire.

Maupassant

métonymie On ne nomme pas l’être ou l’objet. On utilise un autre nom qui lui est proche parce qu’il s’agit de: son contenant, sa cause, son origine, son instrument ou son symbole.

La métonymie permet une désignation plus imagée et une concentration de l’énoncé. Elle est fréquente dans la langue parlée. Création d’un effet de raccourci qui attire l’attention, frappe, émeut, persuade.  

En buvant un verre, j’ai lu un Zola, dans mon canapé sous mon Rembrandt.

hypallage Une hypallage (le mot est en effet féminin) est la figure par laquelle on attache à un mot une caractéristique qui appartient à un autre mot de la même phrase.

L'hypallage, comme la métonymie dont elle est voisine, permet une désignation plus imagée. Elle attire l’attention, frappe, émeut.  

Victor Hugo : "Ce marchand accoudé sur son comptoir avide"
Zola : "Dans le bruit d'or des caisses"

synecdoque Variante de la métonymie. On emploie, pour parler d’un être ou d’un objet, un mot désignant une partie de cet être ou de cet objet.

Effets comparables à ceux de la métonymie.

Je le dis, vous pouvez vous confier, madame,
À mon bras comme reine, à mon cœur comme femme !

Hugo

allégorie Elle consiste à représenter une idée abstraite par une représentation concrète.

Facilité de compréhension. Représentation figurée, faisant appel à l’imagination.

Mon beau navire ô ma mémoire
Avons-nous assez navigué

Dans une onde mauvaise à boire

Apollinaire

euphémisme On emploie, à la place d’un mot, un autre mot ou une expression qui atténue son sens.

L’euphémisme a pour effet de dissimuler une idée brutale ou jugée inconvenante.

Elle a vécu, Myrto, la jeune Tarentine.

Chénier

litote On atténue une idée par une tournure moins forte, souvent la forme négative,

Par la litote, on exprime implicitement beaucoup plus qu’il n’est dit ; on donne plus de force à une affirmation en paraissant l’atténuer.

Va, je ne te hais point.

Corneille

périphrase Pour désigner un être ou un objet, on utilise une expression au lieu du mot précis. La périphrase crée une attente, attire l’attention sur une qualité. Les précieux, au XVIIe, adoraient les périphrases : ils nommaient le fauteuil « commodité de la conversation », le miroir « conseiller des grâces »…
antiphrase On dit le contraire de ce qu’on pense, tout en faisant comprendre ce qu’on pense.

L’antiphrase provoque et soutient l’ironie.

Ainsi en ira-t-il d’un professeur rendant un devoir noté zéro à un élève et lui disant : « Excellent devoir, Gédéon ! Vraiment, vous m’impressionnez ! »

L’accumulation : les figures d’insistance
 

Définition

Effets et exemples

anaphore

On reprend plusieurs fois le même mot. Elle se situe entête de vers, de phrase.

L’anaphore rythme la phrase, souligne un mot, une obsession, ou provoque un effet musical.

Rome, l’unique objet de mon ressentiment !
Rome, à qui vient ton bras d’immoler mon amant !

Rome qui t’a vu naître, et que ton cœur adore !

Rome enfin que je hais parce qu’elle t’honore !

Corneille

parallélisme

On utilise une syntaxe semblable pour deux énoncés.

Le parallélisme rythme la phrase, met en évidence une antithèse ou une similitude.

accumulation

gradation

On fait se succéder plusieurs termes d’intensité croissante ou décroissante,

L’accumulation produit un effet d’amplification, la gradation dramatise.

Gradation :

C'est un pic, c'est un cap, que dis-je, c'est un cap?
C'est une péninsule !

Edmond Rostand

hyperbole

On emploie des termes trop forts, exagérés.

L’hyperbole crée une emphase. Elle est courante dans la langue familière.

Les flots le long du bord glissent, vertes couleuvres ;
Le gouffre roule et tord ses plis démesurés,

Et fait râler d’horreur les agrès effarés.

Hugo

Le choc : les figures d’opposition
 

Définition

Effets et exemples

chiasme

On fait suivre deux expressions contenant les mêmes éléments mais dans un ordre différent

Le chiasme établit une vision synthétique, souligne l’union de deux réalités ou au contraire renforce une opposition.

Car j’ignore où tu fuis, tu ne sais où je vais,
Ö toi que j’eusse aimée, ô toi qui le savais !

Baudelaire

oxymore
ou
alliance de mots

On fait coexister deux termes de sens contraire à l’intérieur du même groupe.

L’oxymore crée une nouvelle réalité: c’est le propre de la poésie.

Je voulais en mourant prendre soin de ma gloire
Et dérober au jour une flamme si noire.

Racine

antithèse

On fait coexister deux termes de sens contraire à l’intérieur du même énoncé.

L’antithèse met en relief la coexistence d’éléments opposés.

Pour bannir l’ennemi dont j’étais idolâtre,
J’affectai les chagrins d’une injuste marâtre.

Racine

La rupture : le déroulement de l’énoncé est brisé
 

Définition

Effets et exemples

ellipse

On omet des termes qui cependant peuvent se deviner. L’énoncé devient plus dense car il est chargé de tout ce que le lecteur peut imaginer.

anacoluthe

On provoque un écart par rapport à la syntaxe courante.

Ne pas confondre l'anacoluthe, figure de style dont l'effet est voulu, et la faute de grammaire, dont l'effet n'est pas très heureux.

L'énoncé est renforcé grâce à l'effet de surprise.